PORTRAIT BIZI.jpeg

Karine Bizi

Une histoire de « saltimbanque », enfance rythmée par de nombreuses fascinantes destinations et long séjours dépaysants, multiples experiences, adaptations et inspirations exotiques, tropicales, précolombiennes, mexicaines, art naïf et riche artisanat...

“Il paraît que je dessine, bricole, assemble, collectionne, invente des univers, remplis des cahiers de dessins et d’idées depuis toujours...

Je jouais avec les casseroles, les épingles à linge, les cubes Knorr, je peignais les coquilles d’escargots,  j’écrivais des messages au Tippex sur les scarabées, vernissais les ongles des pattes de poulet, taillais des bâtons, dessinais partout, je chipais le Canon AE1 de mon père, déguisais ma petite sœur pour la prendre photo, je peignais sur le torse  mon petit frère l’été sur la plage, je grimpais dans les arbres pour collectionner les nids, fabriquer des cabanes, et cela n’a jamais arrêté…

 Au gré de toutes mes trouvailles de plages, de rivages, de fins de chantiers, de recoins d’ateliers, de maisons abandonnées, de chine et de grandes forêts... au gré des marches, des baignades, des escapades natures et de mes multiples hermitages, je récupère mes trésors et m’inspire passionnément de tous et chacun d’eux…

Ces matériaux trouvés, flottés, usés, rouillés, ces chutes et morceaux abandonnés, ces objets d’antan prennent lentement ou rapidement vie, multi-formes et magie , se métamorphosent spontanément le plus souvent sur place et donnent naissance à mes creations toujours en lien avec vécu, émotions du lieu.. du moment.”

 

Les AGRIATIENS  sont nés dans le desert corse lors de retraites en Robinson depuis des années, avec uniquement ce qu il y avait sur place..."tout un petit peuple en bois flotté et personnages haut en personnalité, et symboles …, comme mes chiens en laisse aux lourds colliers  et  mes mouettes aux ailes cassées. »

 

Les petits VILLAGES ont été construits l’année dernière pendant le confinement dans les Landes, symbole du "restez à la maison” dans l’atelier d’un menuisier avec ses chutes et des planches et matériaux ramassés sur la plage et dans les grandes forêts, des maisons, des granges, des rues, des places, des villages entiers à assembler ou dépareiller  à partir de matériaux recyclés divers et locaux.

 

Mon carnet de dessins et d’escapades me suit partout et mon personnage de femme mûre qui  doute et s'affirme suit indéniablement mon parcours et les cadeaux que je trouve sur mes chemins...”