Barna Gacsi

Barna Gacsi est un sculpteur et plasticien hongrois, né 1969 à Törökszentmiklós.

A 19 ans, alors qu'il réfléchit à son avenir, il passe de nombreuses heures à la bibliothèque où il pioche des livres au hasard espérant y trouver un message.

Comme un coup de foudre, sa relation avec l'art surgit par le livre.

« Je suis tombé sur une publication pleine de statues. Comme si j'avais subi un choc électrique. J'ai senti tout de suite que c'est ce que je devais faire, j'ai même su que j'étais capable de ce devoir. »

Il déménage alors à Budapest pour travailler dans une fonderie de bronze et entre quelques années à l’École des Beaux-Arts.

Il y rencontre le professeur István Bencsik qui enseigne a la faculté d'art de l'université de Pécs où il le suit pour terminer ses études au terme de six années fondatrices avec son maître..

« Ce que nous appelons «nous-même » est une possibilité d'apercevoir les vibrations du monde, d'observer nos expériences vécues. Une projection intéressante de ces émerveillements est l’œuvre d'art. Je remplis mes sculptures de mes expériences, de mes sentiments vécus. Ainsi, je deviens vide, cédant la place aux impressions, impulsions nouvelles. C'est une sorte de naissance ou mystère de la création. Quand une œuvre est prête, je m'assois souvent devant, étonné: Qui l'a faite? Je sens que je suis une machine ou un médiateur que les messages de l'univers traversent et ce médiateur les convertit en un matériel palpable, souvent sans compréhension,  car l'expérience est plus importante que la compréhension.

 

LE TRAÎNEUR

 

Après avoir consacré 20 ans à la scupture, cherchant le contact entre Dieu, l’esprit humain et la matière terrestre, je ne peux pas dire que j’ai découvert beaucoup de vérités.

Une seule, peut-être quand même : le soleil se lève tous les jours.

 

Au cours de notre vie, nous réussissons beaucoup de choses et nous commettons beaucoup d'erreurs. Les deux directions ont leurs conséquences sur notre vie. Elles pèsent sur nos épaules, comme un fardeau considérable, souvent pendant des décennies. Ces problèmes non résolus, nous les portons avec peine.

Déposer un grand fardeau marque, en général, un tournant dans la vie humaine.

En vagabondant, j'ai trouvé un harnais magnifique qui, en tirant le bois, servait d'attelage pendant la coupe des arbres.

Dans ce harnais un statue est entrée. Et la statue s’est montrée capable de tirer un fardeau surhumain.

Je vous demande de réfléchir : combien de fardeaux inutiles trainez-vous avec vous? Seriez-vous capables d'en abandonner certains au Traîneur?

 

Ecrivez ces pensées et les déposez derrière la statue.

Un geste par lequel, symboliquement et réellement, vous vous débarrasseriez du fardeau.

 

Dans la vie, derrière chaque opportunité se cache la possibilité d'un miracle.

Peut-être que le Traineur est une de ces opportunités.

Barna Gacsi

651 bd Pierre Sauvaigo, 06480 La Colle-sur-Loup

contact@galerieinattendue.com

Tél: 09 81 46 31 55

  • Facebook Social Icon