Gabriel Fabre

palimpsestes photographiques

Si une image vaut mille mots, un mot ne vaut-il pas mille images ?

Le travail de Gabriel Fabre aborde le mot, la lettre, le signe et la superposition, la toponymie. Installations et œuvres anagrammatiques occupent une place croissante dans sa pratique actuelle auquelle s’apparente la poésie visuelle.

Formé à la photographie avant de s’intéresser aux arts plastiques, il a aussi publié des textes poétiques. D’abord sur les traces de P.P.Pasolini en 1988 puis à Berlin lors de la chute du mur en 1989-90, C’est par le voyage qu’il commence à aborder l’image.

Après le reportage vient la pratique du portrait au Studio Harcourt (1993-94). Il aime la photographie pour la diversité des expériences qu’elle offre, mais le vrai starter de sa création se trouve dans la littérature.

Comme en résonance de la langue japonaise, qui superpose image et signe, c’est le glossaire de Michel Leiris qui l’ouvre à la polysémie -quasi-synesthésique- du langage. Né à Tokyo à la fin des années 60, il a été élevé par une japonaise dont il tient sa langue natale. C’est donc dans ce sillon du texte image voire du haiku que se source son travail.

Dix années espaceront sa première exposition (1994) des suivantes, produisant une lente maturation aux nombreuses variations formelles..

651 bd Pierre Sauvaigo, 06480 La Colle-sur-Loup

contact@galerieinattendue.com

Tél: 09 81 46 31 55

  • Facebook Social Icon