Isabelle Carré

« Je ne crois pas aux choses mais aux relations entre les choses » Georges Braque

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » Lavoisier

« Le doute est père de la création » Galilée

 

Sensible et curieuse, entre passé, présent et avenir, le regard d’Isabelle Carré porte sur ce que nous sommes et ce qui nous entoure. Après des études spécialisées dans la chimie des molécules odorantes, elle découvre l’art aux Ateliers de l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille où son besoin de créer se révèle. Son intérêt pour l’art naît de ce qu’il suggère comme possible dans les relations pouvant être tissées entre l’homme, l’espace et la matière.

Sa démarche est intuitive et expérimentale. Elle repose sur une recherche souvent inconsciente de la différence. Son inspiration vient de l’éveil de ses sens au contact du monde qu’elle explore. Ses principales sources d’inspiration sont la nature - du minéral au végétal - l’homme pris dans sa globalité - corps, esprit, fonctionnement - et son environnement.

C’est à partir d’un sujet « contact, écart, équilibre. Matériaux de construction. Elaborer une sculpture » proposé en design d’espace à l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille qu’Isabelle intègre en 2008, que sa créativité se dévoile. Libre, elle prolifère dans de multiples directions pour donner naissance à un corpus de recherche sur le volume.

A partir de procédés graphiques ou plastiques, Isabelle c­herche de nouvelles formes esthétiques. Dessins, peintures, collages, sculptures, installations sont les techniques qu’elle explore. De leur confrontation et association, elle crée des œuvres hybrides et transversales où résonnent et se croisent des notions fortes comme la construction, pris dans le sens de l’élévation, et le mouvement qu’elle apparente à la vie et à l’évolution.

La découverte de l’architecture, les explorations artistiques du Bauhaus et les travaux de l’avant- garde russe sur les formes géométriques, l’espace et le mouvement ont une influence considérable sur ses recherches. C’est au MOMA, lors d’un voyage à New York en 2008, qu’elle découvre ce mouvement. Les compositions New Man de Lissitzky et AXX de Moholy Nagy l’interpellent. Plus tard ce seront les travaux de recherche sur la reconstruction de l’image des cubistes George Braque et Pablo Picasso, la couleur et le rond de Sonia Delaunay, le cabanon du Corbusier, les maisons « bulle » d’Antti Lovag, les anamorphoses de Georges Rousse et les suspensions d’Ernesto Neto.

Les formes qu’Isabelle travaille empruntent aux mondes de la géométrie et de l’organique. Le rond, la sphère et la courbe sont des formes souvent présentes dans ses créations. Elles sont liées aux souvenirs inconscients de leur rencontre. Terre de ses ancêtres, la Lozère fut un terrain propice à l’observation de la nature durant son enfance. Du paysage karstique révélant grottes et dolines, elle observe aussi les traces de l’érosion sur les innombrables rochers et galets façonnés par l’eau et le vent. Grimper, caresser et lire ces formes étaient des jeux fréquents éveillant ses sens et son imagination à la rêverie et à la construction d’abris de fortune. Lors de ses études, l’observation de l’atome et de la cellule humaine ont également contribué à la mémorisation de ces formes arrondies et à se questionner sur leurs fonctions.

Les collages représentent la part la plus importante de son travail de recherche. Elle les réalise à partir de photos de matériaux de construction: formes bétonnées industrialisées, ferraillage, gaines en PVC, bois etc, qu’elle imprime. Puis elle découpe ces impressions en suivant ou pas les formes observées pour les recombiner sur des toiles cartonnées ou feuilles de papier. Parfois elle,associe le dessin pour souligner, fermer ou prolonger une forme ou bien de la peinture acrylique pour détacher les formes des fonds ou encore du vinyl bleu pour augmenter les contrastes. Elle réorganise l’espace, trouve de nouvelles formes et de plans d’observation où le regard circule, s’arrête, se perd, repart, questionne. Isabelle construit... elle construit avec des éléments du réel « plats ». Faits d’ombres et de lumières, ces jeux révèlent formes, profondeurs et textures. Elle cherche, elle teste, elle crée jusqu'à ce que les formes apparaissent et s’équilibrent entre elles. Tout lui est permis et les combinaisons s’enchaînent au rythme de ses trouvailles.

En sculpture, les matériaux qu’elle utilise sont majoritairement issus de la construction: grillage, fil de fer, tubes PVC, mousses de polyéthylène ou de son quotidien: emballages, tissus, bois, laine, cartons... Isabelle s’intéresse à leur déformation et n’hésite pas à les combiner pour analyser les effets produits et les réinvestir dans de nouveaux dispositifs.

Son intérêt pour la couleur à travers la peinture intervient plus tardivement. Des couleurs primaires qu’elle applique en aplât sur des formes dessinées, elle passe actuellement à une recherche sur les effets produits par le médium même. Elle cherche l’harmonie des couleurs et la texture. Ce travail récent la préoccupe car elle s’y sens peu à l‘aise.

L’Art lui procure un champ de liberté d’expérimentation inépuisable dans lequel toute sa créativité s’exprime. Ses perceptions sensorielles associées à un brin de curiosité favorisent sa faculté à conceptualiser des idées qu’elle note dans des cahiers de recherche qu’elle consulte régulièrement.

Tout en poursuivant ses recherches sur le volume, la forme et la couleur, Isabelle souhaite étendre sa démarche sur la fonctionnalité de l’objet et la scénographie; son projet en céramique « Modules karstiques » l’ayant influencée dans cette approche. Aussi travailler sur des projets de création de plus grande envergure suscite son intérêt. Cependant, peu expérimentée à cela, elle cherche des partenaires où l’écoute et le partage de compétences sont privilégiés. C’est le chemin qu’elle désire prendre pour continuer à réaliser ses rêves et à les transmettre.

“Lorsqu’on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve alors que lorsqu’on rêve à plusieurs c’est déjà une réalité. L’utopie partagée, c’est le ressort de l’Histoire.” Hélder Câmara

651 bd Pierre Sauvaigo, 06480 La Colle-sur-Loup

contact@galerieinattendue.com

Tél: 09 81 46 31 55

  • Facebook Social Icon