Louis Martinez

Peindre l’éclat de la ville ou de la vie.

LOUIS MARTINEZ parvient à capter l’âme de la ville. Celle qui s’éveille la nuit, loin du tumulte du jour et vide du bourdonnement de ses passants. C’est le moment où le paysage urbain devient un espace sensible jouant sur notre perception, comme le reflet de la lune dans une flaque d’eau ou le faisceau lumineux d’un néon miroitant dans une vitrine. L’artiste pose son regard et fait jaillir l’éclat dans l’ombre.

La lumière devient une matière picturale, le noir un refuge enveloppant. Comme un clair‐ obscur urbain, il nous plonge dans un univers intemporel et poétique où l’on croise parfois des silhouettes captées dans les lumières artificielles. Le peintre dévoile autant qu’il met dans l’ombre la ville, comme un terrain de jeu qu’il parcourt, nous menant d’une scène à l’autre avec une approche presque cinématographique des plans. La respiration se fige, le regard balaye la rue et capte une ombre derrière une fenêtre illuminée. On attendrait presque que quelqu’un ou quelque chose vienne brusquement rompre ce silence assourdissant, en vain.

Louis Martinez dépeint la solitude des grands espaces urbains, l’inquiétude du coin de la rue et la complexité de nos sentiments. La figure humaine est souvent absente dans ses toiles pourtant elle n’est pas loin, il suffit de savoir où regarder. Traces de pas éphémères dans la neige, linge suspendu au balcon, fenêtres éclairées et intimité derrière la pierre. Cette apparente absence ne nous renverrait-elle pas à la fragilité de notre condition humaine ? L’art a ce pouvoir de figer un moment d’éternité et de repousser notre impermanence. Cette quête d’humanité apparaît conjointement avec la recherche de l’esthétisme dans les toiles de Louis Martinez. La maîtrise technique des perspectives, la richesse de la gamme chromatique et le souci du détail révèle une certaine vérité, une forme d’absolu que seul l’artiste parvient à atteindre.

Louis Martinez, fils d'émigrés espagnols, poursuit malgré lui des études techniques où il rencontre Roger Lorin, peintre de renom qui lui transmet son amour des couleurs et des vieilles pierres. Peintre autodidacte, il ne cesse de nourrir son imaginaire au travers de ses voyages, ses rencontres et son expérience de la vie. Une profonde empathie se dégage de ses toiles, c’est aussi un trait de caractère qui définit la figure universelle de l’artiste. La ville quant à elle fascine, elle est le produit de l’ingéniosité humaine, de ses prouesses architecturales et techniques mais en même temps elle cristallise nos dérives, l’aliénation d’une société uniformisée et la perte de nos repères. L’art est un phare dans la nuit, Louis Martinez éclaire notre regard de ses fulgurantes compositions.

651 bd Pierre Sauvaigo, 06480 La Colle-sur-Loup

contact@galerieinattendue.com

Tél: 09 81 46 31 55

  • Facebook Social Icon