René Martin

« Petit poisson deviendra grand », et le petit oiseau alors, qu’en est-il pour lui? De la chambre photographique au téléphone, il semblerait que ce soit le contraire, et pourtant ce petit oiseau fait de plus en plus d’émules. Il continue à chacune de ses sorties de créer des vanités, à l’image de la condition humaine, quelle que soit la photo, puisque la démarche elle-même est en soi une impuissance face à ce temps qui ne cesse de courir et que l’on tente de fixer une fraction de seconde.

 

L’attrait ou l’émoi que l’on peut ressentir devant un travail photographique suivant le genre, nous touche ou pas d’ailleurs, en fonction de notre affect. Comme tous les arts, que ce médium soit pratiqué avec une petite ou une grosse machine, il y a toujours derrière un œil, un humain que cherche à exprimer son admiration, sa douleur, sa compassion, sa violence ou tout autre sentiment avec lequel le spectateur est en symbiose ou pas.

Cette façon comme un enfant, de montrer du doigt « regarde ce que j’ai vu, je veux te le faire partager ». MAMAN, REGARDE... c’est un cri comme celui d’Edvard Munch.

 

A chacun sa façon d’interpeller. Pour ma part, j’ai choisi d’utiliser des supports papier d’ordinaire destinés à l’aquarelle que j’émulsionne au pinceau. Peut-être est-ce là une vieille frustration de ne pas être peintre, ou si peu. Cette voie pictorialiste fut ouverte par des gens comme Robert Demachy, Constant Puyo et d’autres en France et les pays anglo-saxons. Mes tirages sont ensuite réalisés à l’agrandisseur, traités à l’unité avec quelques manipulations spécifiques. Ce qui fait que, même s’il y a retirage d’un cliché, chacun de ces tirages demeure une pièce unique.

René Martin

 

Son début de carrière dans la photographie s'est fait chez un célèbre portraitiste installé au Carlton de Cannes. La tendance de l'époque en studio: du grand format noir et blanc, argentique dans l'esthétique Harcourt.

Puis quelques temps chez un meilleur ouvrier de France, avec en plus du portrait, des prises de vues d'architectures, d'objets et des reportages sur les grandes manifestations cannoises: festival du film, MIP TV, Midem, etc.

En parallèle de ces activités professionnelles, il s'adonne à des recherches créatives personnelles.

Ayant le souhait d'acquérir son indépendance, il ouvre son studio-galerie, dans lequel il expose enfin ses recherches.

S'en suivent plusieurs expositions de son travail en divers lieux. D'abord en argentique noir et blanc sur des papiers artisanaux de moulins, sensibilisés feuille à feuille avec des manipulations de laboratoire spécifiques. A l'avènement du numérique, la démarche s'élargit grâce aux possibilités de ce nouveau matériel. Elle devient abstraite, même si l'eau, élément bien concret, alors utilisée comme médium, va lui permettre de trouver une autre forme d'expression graphique, où l'imaginaire prend plus d'importance.

De la poésie graphique...

651 bd Pierre Sauvaigo, 06480 La Colle-sur-Loup

contact@galerieinattendue.com

Tél: 09 81 46 31 55

  • Facebook Social Icon