ROMANELLI PORTRAIT.jpg

OliR

« L'imaginaire est ce qui tend à devenir réel » – André Breton

Prix Spécial au dernier Festival de la Photographie Surréaliste de Fréjus, Olivier Romanelli (OliR) n'en est pourtant pas à son coup d'essai. Inlassablement depuis plus de 30 ans, il parcourt non pas le monde, mais son monde à lui, pour en extraire la quintessence. Conscient que la réalité telle que nous la percevons cache peut-être d'autres visions plus personnelles, il présente dans cette série liée à une liberté qui doit être retrouvée d'urgence, particulièrement orientée vers le 7ème et le 9ème Art, la conception étrange de son histoire.

Son expérience onirique, il se l'est forgée au contact de personnes obligées de vivre dans un monde réel et imaginaire à la fois. Il dit d'ailleurs:

« J'ai travaillé pendant de nombreuses années dans un milieu associatif dédié à la cécité, et cette activité annexe m’a amené à prendre rapidement conscience de l’impact des images sur la compréhension du monde et sur la difficulté à intégrer la société d’aujourd’hui avec un handicap visuel. Dans un monde où l’information écrite et la connaissance sont à portée de clic, il est facile désormais de le parcourir en restant chez soi...

Parmi les innombrables sources auxquelles nous nous abreuvons quotidiennement subsiste un doute sur la réalité objective des mots employés par leur auteur, notre compréhension étant liée à notre propre histoire. Si les mots tendent parfois à fermement canaliser notre pensée, une seule image peut parfois la libérer, comme un langage universel qui s’adresse à la sensibil­té de chacun plutôt qu’à son intellect. »

(tiré d'un article paru dans OpenEye de février-mars 2020)